LE 26.05.2015
Les sources de satisfaction et de mécontentement au travail
Les cadres s'expriment

L’Apec a mené une étude en demandant aux cadres de s’exprimer sur leur niveau de satisfaction concernant différentes thématiques : l’intérêt de leurs missions, les relations avec leur hiérarchie, leur rémunération, les possibilités de formation, les perspectives de carrière en interne et les perspectives de rémunération.
On remarque que, sur l’ensemble des sujets énoncés, les cadres RH expriment des niveaux de satisfaction supérieurs à ceux des cadres managers ; les niveaux de satisfaction des cadres non managers, quant à eux, sont systématiquement les moins élevés.
Par ailleurs, les deux mêmes thématiques suscitent le plus de satisfaction parmi les trois populations interrogées : l’intérêt des missions et les relations avec leur hiérarchie. Et celles dont les cadres sont les plus mécontents sont aussi les deux mêmes : les perspectives d’évolution de carrière en interne et les perspectives de rémunération.
Si on compare les taux de satisfaction déclarés, ils s’échelonnent de 38 % pour les cadres non managers sur la question des perspectives de rémunération à 93 % pour les cadres RH concernant l’intérêt des missions (répartition pour moitié entre les très satisfaits et les plutôt satisfaits).
Les cadres ont été également questionnés sur différents aspects de leurs conditions de travail : la charge de travail, la durée de temps de travail, l’ambiance, les équipements, l’espace de travail, les déplacements professionnels et l’équilibre vie privée/vie professionnelle.
La grande majorité d’entre eux se déclarent satisfaits : aucun des différents aspects ne suscite de niveau de satisfaction inférieur à 65 % (tout à fait satisfaits et plutôt satisfaits).
Les plus faibles taux de satisfaction concernent la charge de travail, mais ils restent très élevés : 65 % pour les managers, 69 % pour les cadres RH et 73% pour les cadres non managers.

 

Satisfaction travail cadre
À noter que, sur plusieurs thèmes, ce sont les managers qui sont les moins satisfaits : la charge de travail, l’équilibre vie privée/vie professionnelle (68% pour les cadres managers contre 73 % pour les cadres RH et 78 % pour les non managers) et la durée du travail (70 % contre 75 % pour les cadres RH et 80% pour les non managers).
Pour d’autres thèmes, les niveaux de satisfaction sont similaires pour les cadres managers et non managers, mais inférieurs à ceux des cadres RH : l’ambiance (74 % pour les non managers et 75 % pour les cadres managers contre 83 % pour les cadres RH), l’espace de travail (73 % pour les non managers et 76 % pour les cadres managers contre 83 % pour les cadres RH) et les déplacements (81 % pour les non managers et managers contre 90 % pour les cadres RH).

Au regard des taux de satisfaction déclarés par les trois catégories de cadres, il semble logique que les cadres RH déclarent plus fréquemment qu’ils sont plutôt gagnants par rapport à leur investissement dans le travail et ce qu’ils reçoivent en retour. Les managers se considèrent comme plutôt perdants au vu de l’investissement fourni : 4 managers sur 10. Parmi les cadres non managers, une proportion identique estime qu’ils sont plutôt perdants ou ni l’un ni l’autre.

Contrepartie de l'investissement

 

Source : Apec, Perceptions des pratiques RH en entreprise, avril 2015

 

Vous pourriez être intéressé :
Entre détachement et workaholisme : trouver l’équilibre
Les priorités des RH en 2015
Contrôles en excès, éthique en danger !
Géolocalisation des salariés : un dispositif à surveiller





FO-CADRES : https://www.fo-cadres.fr/wp
Scroll to