Colloque ingénieurs 17 juin 2014

Pourquoi ce colloque ?

 

IngenieursDu savoir-faire artisanal d’Imhotep à la formalisation des connaissances de l’époque moderne, en passant par Gutenberg, de Vinci ou Eiffel, pour n’en citer que quelques-uns, l’expertise technique fut de tout temps le trait caractéristique de la figure de l’ingénieur, plaçant ce dernier au cœur des transformations économiques et sociales.

Qu’en est-il aujourd’hui au regard des évolutions technologiques et d’une société toujours plus fortement modelée par la rationalité économique et le court-terme ? Cela préfigure-t-il une transformation historique de l’identité de l’ingénieur ? Cela pose-t-il un regard nouveau sur le contenu et la valorisation de leur formation ? Sur leur recrutement au sein des entreprises ? Enfin, comment l’évolution de leur carrière dans l’excellence scientifique et la défense de la reconnaissance de leur qualification et de leur diplôme est-elle appréhendée par les ingénieurs ?
Autant de questions auxquelles les participants aux trois tables rondes tenteront de répondre.

Face à la métamorphose du monde du travail, ce colloque a également pour vocation de susciter une interrogation, voire une prise de conscience des enjeux liés à l’acquisition des savoirs et de la diffusion des formations de haut niveau comme leviers de transformation sociale et économique.

 

Programme de la journée

 

8h00 : Accueil du public

9h00 : Ouverture du colloque : Eric Pérès (secrétaire général FO-Cadres), Jean-Claude Mailly (secrétaire général Force Ouvrière)

9h15 : Interventions préliminaires

– André Guillerme, titulaire de la chaire d’histoire des techniques au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

– Pierre Lamblin, directeur des Etudes de l’APEC

 

9h45 : Table ronde n°1 : La formation crée-t-elle l’identité de l’ingénieur ?

Les fonctions d’ingénieurs ne sont pas directement associées au fait de détenir un diplôme d’ingénieur. Pourtant, la figure de l’ingénieur est régulièrement associée à la formation et en particulier au diplôme. Cette table ronde s’attachera à mieux comprendre la spécificité du diplôme d’ingénieur et l’originalité du dispositif d’habilitation à délivrer le titre aujourd’hui mais aussi dans une perspective historique. Des modalités de formation différentes telle que l’alternance seront aussi présentées et analysées. Enfin,  les liens, les convergences, les divergences entre les formations d’ingénieurs et l’ensemble de l’enseignement supérieur seront abordés.

Participants :

Antoine Derouet, doctorant à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Sujet de la thèse : « les sciences humaines et sociales dans les cursus de formation d’ingénieur »

Philippe Massé, président de la Commission des titres d’ingénieurs (CTI)

Bernard Rety, représentant FO au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche,

 

11h15 : Table ronde n°2 : L’ingénieur dans l’entreprise ?

La place et les fonctions de l’ingénieur ont fortement évolué au cours du XXe siècle, en accord avec la mutation de nos industries et l’émergence de nouvelles technologies. Historiquement intermédiaire entre le patron et les ouvriers, l’ingénieur occupe aujourd’hui un large spectre d’emplois dans la chaîne hiérarchique des entreprises. Pour autant, sa maîtrise technique le distingue des autres cadres, faisant de l’ingénieur une icône de l’innovation et du progrès. Spécialiste ou généraliste, créateur ou manager, présent dans tous les secteurs professionnels et toutes les structures entrepreneuriales, issu d’une formation à la fois théorique et professionnelle, l’ingénieur constitue une population multiforme, difficile à cerner. Cette table ronde s’attachera à identifier la morphologie professionnelle de l’ingénieur, ses atouts vis-à-vis de l’employeur et les éléments qui sous-tendent son parcours professionnel.

Participants :

Vincent Cohas, directeur général du Centre d’études supérieures industrielles (CESI)

Brigitte Dumont, DRH adjointe d’Orange, vice-présidente de l’Association nationale des DRH (ANDRH)

Stéphane Distinguin, président de Cap Digital

Laurent Devimes, délégué syndical FO Space Systems

 

12h45 : buffet sur place

 

14h30 : Table ronde n°3 : Quelle représentation des ingénieurs ?

Les témoignages de cette table ronde s’attacheront à exposer la diversité des moyens de représentations investis par les ingénieurs pour faire entendre leurs spécificités et leur voix. Quels sont les enjeux de demain pour cette population à l’identité complexe dont le spectre étendu des fonctions professionnelles et sociétales en font un acteur non neutre des jeux de pouvoir.

Participants :

Julien Roitman,  président du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF)

Renaud Balaguer, membre de la CTI au titre de FO

Odile Henry,  professeur de sociologie à l’université Paris 8, auteur de l’ouvrage Les guérisseurs de l’économie : ingénieurs-conseils en quête de pouvoir

Etienne Castillo, assistant confédéral FO, secteur jeunes

 

16h : Clôture du colloque : Eric Pérès

 

Les débats  ont été animés par Eric Vial, journaliste à France Télévisions.

 

Les actes sont disponibles dans leur intégralité ici :

Biographies
Ouverture du colloque
Interventions préliminaires
Table ronde 1
Table ronde 2
Table ronde 3
Clôture

 

EmailFacebookTwitterLinkedIn
Scroll to