Rapport d’activité 2014-2016

Figures de la modernité industrielle et de la montée des classes moyennes, les cadres sont une composante majeure du monde du travail. La croissance de leur effectif aux cours des années atteste du rôle essentiel que ces salariés jouent au sein des entreprises et des administrations.

Une augmentation numérique qui interroge par ailleurs l’évolution de leur rôle et de leur place face aux transformations récentes dans l’entreprise : intensi cation des rythmes de travail sous l’effet de la révolution numérique, développement du mangement par objectif, porosité des sphères de la vie professionnelle et de la vie privée, travail contrôlé et encadré par des outils d’évaluation de la performance.

Une situation qui les expose désormais davantage aux réquisits de productivité et révèle parfois avec violence la fraligité de leur situation au sein d’entreprises plus soucieuses de déliser leurs actionnaires que leurs talents. Ils connaissent des perspectives de carrière moins linéaires et éprouvent un fort sentiment de déprotection sociale. Une évolution qui les conduit à dénoncer plus fréquemment la falsification des discours managériaux, l’altération des fonctions et des modes de gestion, ainsi que l’irrationalité des choix stratégiques soumis aux seules considérations financières.

Dans ce contexte de dé-protection et de banalisation de leur identité professionnelle, les cadres n’hésitent plus à affirmer leur proximité avec l’ensemble des salariés. Ils estiment que l’organisation syndicale doit peser sur le choix des organisations de travail comme sur le choix des orientations stratégiques. Si les technologies de l’information et de la communication leur permettent d’être plus e caces, mieux informés, plus autonomes, ils sont plus nombreux à dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Les clarifications jurisprudentielles quant aux avantages catégoriels, les évolutions des conditions de travail, l’appréciation trouble des accords autorisant les forfaits jours illustrent les perturbations que rencontrent désormais les cadres face aux exigences managériales.

Autant dire que l’action syndicale est plus que jamais nécessaire pour répondre aux attentes et préoccupations professionnelles des cadres. C’est pourquoi nous devons continuer d’agir pour traduire leurs préoccupations en revendications concrètes, être à leur écoute pour que leurs spécificités soient reconnues et ne les excluent pas des garanties collectives auxquelles ils ont droit. L’ouverture de la négociation sur l’encadrement prévue d’ici la n de l’année sera de ce point de vue un temps fort. FO-Cadres y prendra toute sa place pour contribuer à restaurer le rôle et la place des cadres dans les entreprises et renforcer la sécurisation de leur parcours professionnel. Les résolutions qui sont issues des travaux de notre XIII Congrès le 8 et 9 juin 2017 à Chambéry et portées par notre attachement à un réformisme militant sauront répondre à cette exigence.

Eric Pérès
Secrétaire général

> Lire le rapport d’activité 2014-2016

La rédaction du rapport d’activité a été achevée le 18 avril 2017.

Scroll to