Colloque ingénieurs : biographies des intervenants

Le colloque « Ingénieurs d’aujourd’hui et de demain : enjeux et problématiques », organisé par FO-Cadres, s’est tenu le 17 juin 2014 dans les locaux de Force Ouvrière. Une douzaine d’intervenants sont intervenus au cours des trois tables rondes, face à un public constitué d’une centaine de personnes.

Interventions préliminaires : André Guillerme et Pierre Lamblin

André Guillerme, titulaire de la chaire d'histoire au CNAM

André Guillerme, titulaire de la chaire d’histoire au CNAM

 

André Guillerme, titulaire notamment d’un doctorat d’État ès Lettres et Sciences Humaines et ingénieur des Travaux publics de l’État, a débuté sa carrière en tant qu’ingénieur des TPE, direction du Bâtiment, des Travaux publics et de la Conjoncture du ministère de l’Équipement. Il s’est rapidement tourné vers l’enseignement et la recherche (à l’ENTP, au Centre national de la recherche scientifique -CNRS, à l’École des Ponts et chaussées). Il est titulaire depuis 1996 de la chaire d’histoire des techniques au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM Paris), cumulant cette fonction avec, entre autres, la direction du Centre d’histoire des techniques et de l’environnement au CNAM. Ingénieur et historien, il est spécialiste de l’histoire de l’environnement urbain et auteur de nombreux ouvrages, dont La naissance de l’industrie à Paris, entre sueurs et vapeurs (2012) et Les temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques (1983).

 

Pierre Lamblin, directeur du département Études et recherches de l’APEC

Pierre Lamblin, directeur du département Études et recherches de l’APEC

 

Pierre Lamblin, 56 ans, titulaire d’un diplôme d’Ingénieur de l’ENSC de Lille et d’un 3ème cycle en marketing et en économie de l’IAE de Paris, a rejoint l’Apec en juin 2001 pour prendre la direction du département Études et recherche. Dans sa mission d’observatoire du marché de l’emploi cadre, son département décrypte et analyse les enjeux, tendances et pratiques au travers de travaux d’études, d’enquêtes et de veilles, afin d’aider les étudiants et les jeunes diplômés, les cadres et les entreprises à mieux comprendre le marché de l’emploi et ses évolutions.

Précédemment, durant vingt ans, il a effectué sa carrière comme consultant au sein du groupe Sema Group / Sofres, dans le département en charge des études économiques et stratégiques pour l’industrie et les services, puis comme chef de projet et manager du département Conseil en management et en Stratégie au sein du groupe Taylor Nelson Sofres. Dans cette dernière fonction, il a eu la responsabilité et l’encadrement de missions de conseil et d’études pour le compte de clientèles privées et institutionnelles, dans le domaine des services et de l’industrie, en France et à l’étranger.

 

Table ronde n°1 : La formation crée-t-elle l’identité de l’ingénieur ?

Antoine Derouet, doctorant à l'EHESS

Antoine Derouet, doctorant à l’EHESS

 

Antoine Derouet est doctorant à l’EHESS sous la direction d’André Grelon, au sein du Centre Maurice Halbwachs (Équipe PRO). Son travail porte sur l’évolution des contenus d’enseignements dans les formations d’ingénieurs en France et en Belgique depuis 1919. A partir d’un travail sur les revues professionnelles, de monographies d’écoles basées sur leurs archives et d’observations de cours, sa recherche interroge la construction sociale des programmes de cours, en questionnant les relations entre les pratiques d’enseignements, les modalités d’introduction de nouveaux savoirs et les évolutions du groupe professionnel. Ses travaux, dont plusieurs ont fait l’objet de publications, mettent notamment en évidence les liens entre la structuration du système d’enseignement, la hiérarchie symbolique des institutions et l’orientation des formations, se penchant particulièrement sur les rapports qu’elles entretiennent au « monde économique ». Dans ce cadre, il a également collaboré au programme ANR ELIDROIT : « La formation au droit des élites du privé et du public depuis 1958. Quels savoirs juridiques pour quels modes de gouvernement ? ».

Maurice Pinkus, vice-président de la CTI

Maurice Pinkus, vice-président de la CTI

 

Maurice Pinkus est ingénieur diplômé de l’École d’électricité industrielle de Paris (devenue ESIGELEC) et de l’Institut d’administration des entreprises (IAE) Paris. Il cumule différentes fonctions : directeur Emploi-Formation à la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC) et directeur délégué à l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Entre autres mandats, il est par ailleurs vice-président de la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), membre du bureau de la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP), président de la Commission professionnelle consultative de la Métallurgie du ministère de l’Éducation nationale, ou encore vice-président de la Commission professionnelle consultative Industrie du ministère chargé de l’Emploi.

 

Bernard Rety, représentant FO au CNESER

Bernard Rety, représentant FO au CNESER

 

 

 

 

 

 

Table ronde n°2 : L’ingénieur dans l’entreprise ?

Stéphane Distinguin, président de Cap Digital

Stéphane Distinguin, président de Cap Digital

 

Stéphane Distinguin obtient son diplôme à l’ESCP Europe en 1997 avant de rejoindre Deloitte & Touche. En 1999, il participe à la création d’Up & Up. En 2003, il crée FaberNovel, dont il est président, aujourd’hui implantée à Paris, San Francisco, New York et Moscou. En tant qu’entrepreneur et activiste français dans le domaine des nouvelles technologies et de l’innovation, Stéphane Distinguin a œuvré au lancement de BarCamp, MobileMondays, CleanTuesdays et TEDxParis. Il a également joué un rôle important dans la création des espaces de co-travail des réseaux Cantines en France et PARISOMA à San Francisco et de l’accélérateur de startups Le Camping. Stéphane Distinguin est président de Cap Digital, pôle de compétitivité de la transformation numérique, membre du Conseil numérique française et président d’honneur de Silicon Sentier.

Vincent Cohas, directeur général du Centre d’études supérieures industrielles (CESI)

Vincent Cohas, directeur général du Centre d’études supérieures industrielles (CESI)

 

Vincent Cohas est titulaire d’une maîtrise de Sciences politiques suivie d’un DESS d’Évaluation des politiques publiques et gestion des organisations à la Sorbonne. Il a par la suite obtenu un MBA à l’École des hautes études commerciales (HEC).
Son parcours professionnel l’a notamment mené, après quelques années de consulting, dans les eaux du service « Publicité, Promotion et Partenariats » de la direction Grandes lignes de la SNCF (1992-1996), à la direction du Planning stratégique chez Euro RSCG (1996-1999) puis à la direction du marketing et du développement du groupe GEOXIA (1999-2004).
Par la suite directeur général de CESI SAS (2005-2010) puis directeur général adjoint du Groupe CESI, Vincent Cohas est depuis 2012 directeur général du Groupe CESI, membre du MEDEF International et MEDEF Paris et de l’ANDRH, et cumule les casquettes en étant également président des filiales CESI Iberia, CESI Algérie et CESI Certification, président du CESFA AGEFA Pays de la Loire et trésorier du CESFA BTP et administrateur du CESFA Lorraine. Vincent Cohas est médaillé de la Défense nationale.

Brigitte Dumont, directrice Responsabilité sociale d’entreprise Groupe Orange ; VP déléguée de l’ANDRH

Brigitte Dumont, directrice Responsabilité sociale d’entreprise Groupe Orange ; VP déléguée de l’ANDRH

 

Brigitte Dumont a entamé sa carrière dans des fonctions commerciales et marketing chez Jeumont-Schneider et Matra-Communication après l’obtention de son diplôme en management à l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC) en 1999. Elle rejoint le groupe France Télécom Orange en 1991, où elle a successivement occupé des fonctions marketing et communication avant de se spécialiser dans la direction des Ressources humaines Groupe en 2004, puis de prendre la direction de la Responsabilité sociale d’entreprise (RSE) en 2013.
Brigitte Dumont est par ailleurs présidente de l’UNETEL-RST (Union nationale des entreprises de télécommunications de réseaux et de services en télécommunications) depuis 2010, vice-présidente déléguée de l’ANDRH (Association nationale des directeurs des ressources humaines). Elle est également administratrice de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) et des associations Dialogues, EPWN (European Professional Women’s Network), WIL (Women in Leadership).
Elle est chevalier de la Légion d’honneur.

 

Laurent Devimes, délégué syndical FO Space Systems

Laurent Devimes, délégué syndical FO Space Systems

 

Laurent Devimes, après un premier emploi au sein d’une PME du secteur aéronautique, intègre le groupe Airbus (ex. Aérospatiale) en 1989 comme technicien supérieur. Alors titulaire d’un BTS et d’une année de spécialisation, il reprend ses études en 1997 pour suivre une formation d’ingénieur en alternance grâce à une convention signée par Aerospatiale et le GIFAS, et est diplômé de l’institut supérieur des techniques aérospatiales (ISTAE).
Après une première partie de carrière en ingénierie mécanique lors de laquelle il est en relation avec différents fournisseurs européens du programme Ariane 5, il décide de s’orienter vers les achats pour mettre sa connaissance des produits au service de la négociation de contrats.
En 2009, il représente la fédération de la Métallurgie lors de la 46ème session nationale de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).
Engagé dans le syndicalisme depuis son arrivée dans l’entreprise, il est nommé délégué syndical début 2012. Il participe notamment aux travaux de la fédération de la Métallurgie et d’IndustriAll relatifs à la réorganisation de l’industrie de défense en Europe, ainsi qu’aux travaux de FO-Cadres.

 

Table ronde n°3 : Quelle représentation des ingénieurs ?

Julien Roitman, ex-président du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF)

Julien Roitman, ex-président du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF)

 

Julien Roitman est ingénieur diplômé de Supélec, titulaire d’une maîtrise de Physique de l’UPMC Paris, et ancien auditeur puis conseiller du CHEAR (Centre des hautes études de l’armement). Il a présidé de 2010 à 2014 le Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (IESF), après avoir conduit pendant trois ans l’Association des Supélec.
Entré en 1970 dans le groupe IBM, il y a effectué la totalité de sa carrière, occupant en France et à l’international divers postes de responsabilité : directeur des Plans (1987), directeur général de DE3I, filiale commune d’IBM et de Dassault (1990), directeur de la division Grands systèmes (1994), directeur des Opérations produits d’IBM EMEA (1996), directeur du secteur Communications/Utilities (1998). Il entre alors au conseil d’administration de l’IDATE et au comité de direction d’IBM France avant d’en être nommé en 2001 directeur général des Opérations, fonction qu’il exercera jusqu’à son départ fin 2005. Il crée alors France Compétitivité, réseau national de soutien aux pôles de compétitivité, dont il reste vice-président, et entre au conseil d’administration de France-Amériques. Julien Roitman est chevalier de la Légion d’honneur.

Renaud Balaguer, chef de département Risques-Eau-Construction au CEREMA Méditerranée

Renaud Balaguer, chef de département Risques-Eau-Construction au CEREMA Méditerranée

 

Renaud Balaguer est ingénieur des travaux publics de l’État (ENTPE). Il conduit une carrière d’ingénieur au service de l’État, successivement en administration centrale du ministère de l’Équipement puis en Direction départementale de l’Équipement puis en Direction régionale du ministère de l’Écologie. Chargé de mission transport et énergie à la préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur durant quatre ans, il est depuis cinq ans responsable du département d’études Risque-Eau-Construction au sein du CETE Méditerranée devenu Cerema, établissement public du réseau scientifique et technique du ministère de l’Écologie et du développement durable et de l’énergie. Secrétaire permanent au SNITPECT-FO et membre du bureau exécutif de FO-Cadres (2003-2005), il s’implique depuis 2003 dans les formations d’ingénieurs comme administrateur du CESI au titre de FO-Cadres (2003-2006), puis comme administrateur de l’ENTPE (de 2007 à aujourd’hui), membre de la commission des titres d’ingénieurs (2006-2014) au titre de FO-Cadres, il préside actuellement le conseil d’école de Polytech Marseille.

Odile Henry,  professeur de sociologie à l’université Paris 8

Odile Henry, professeur de sociologie à l’université Paris 8

 

Odile Henry est professeur de sociologie à l’Université Paris 8 (département de Science politique), membre du LABTOP (Théories du politique, pouvoir et relations sociales) et membre associé du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique).
Elle est l’auteur de l’ouvrage, Les guérisseurs de l’économie Ingénieurs-conseils en quête de pouvoir : véritables « médecins des affaires », les ingénieurs-conseils évaluent l’état de santé d’entreprises privées comme d’institutions publiques, et proposent des « thérapies » visant à corriger les dysfonctionnements constatés. Mais derrière leur prétention scientifique à l’objectivité, ces diagnostics et remèdes sont autant d’affirmations normatives sur le monde économique. Mis en œuvre par les dirigeants, ils deviennent même constitutifs des réalités sociales. À travers une histoire structurale de la profession de consultant et une analyse de l’émergence du management, Odile Henry emmène donc le lecteur au cœur de l’incessant processus de production symbolique et idéologique de l’ordre social.

Etienne Castillo, assistant confédéral FO, secteur jeunes

Etienne Castillo, assistant confédéral FO, secteur jeunes

 

Étienne Castillo, ingénieur diplômé en 2009 de l’École nationale des Travaux publics de l’État, intègre la même année le ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie en qualité de chef de projet des Systèmes d’Information, spécialisé dans la gestion des réseaux de transport et les prévisions de trafic. Il s’engage dans le syndicalisme au sein du Syndicat national des ingénieurs des Travaux public de l’État et des Collectivités territoriales Force Ouvrière (SNITPECT-FO) dès son premier poste et est élu en 2010 secrétaire de section et représentant Force Ouvrière aux CHSCT et CT locaux.
En 2013 il devient assistant confédéral de Michèle Biaggi, secrétaire confédérale Force Ouvrière à l’Organisation, sur l’Outre-mer et les Jeunes.

 

Les actes :

Ouverture du colloque
Interventions préliminaires
Table ronde 1
Table ronde 2
Table ronde 3
Clôture

 

Scroll to